De l’absurde

Il y a des jours comme ça…

Ce matin au réveil, je ne suis pas en forme…des courbatures dont j’ignore la provenance me tombent dessus, accompagnées d’un début de migraine et d’un moral indélogeable du fond de mes chaussettes…le nuage noir sinistre est bel et bien au-dessus de ma tête. Je sens venir le coup fourré.

D’ordinaire, le café m’aide à faire passer la migraine, et alors que j’en ai bien besoin, je décide de n’en boire qu’un. Premier round.

Alors que je me traîne péniblement dans une tenue qui devrait m’obliger devant la loi à ne partager ma vie qu’avec un aveugle, je me demande ce que je vais faire de cette journée mal entamée, et devant mon manque évident d’énergie, je charge mon sac pour une petite marche. Deuxième round.

Avant de préparer ma Crapule, j’ouvre la porte, histoire de me renseigner sur la météo…un soleil survolté me gifle avec élan, je décide donc d’enfiler deux sweat-shirts à capuche et une paire de bottes. Troisième round.

Puisque mes idées sont noires, je vais aller chercher la couleur là où elle se trouve…direction le petit bois dont le sentier longe la rivière…et que j’aborde du mauvais côté : quelques centaines de mètres plus loin, je sais qu’on ne peut plus avancer à cause d’une énorme roche qui bouche le passage. En passant par l’autre entrée, je pouvais traverser, une installation est prévue pour. Qu’importe, j’ai des bottes ! J’attrape donc ma Crapule et nous traversons la rivière. Je dois la porter, car le courant est trop fort pour elle et ses petites pattes.

Une Cardamine ondule au-dessus de l’eau…et je dois retenir ma petite assistante qui a bien envie d’aller tenter la baignade, ce qui rend la séance quelque peu compliquée. Je dois me caler contre une souche couverte…de ronces.

DSC_0955P

Je reprends ma route au travers des orties dont je n’avais pas prévu la présence pour rejoindre un endroit que je sais occupé par quelques orchidées sauvages. Victoire, il y en a une.

DSC_0989P

La promenade de ce côté de la rivière est de courte durée, ni ma Crapule ni moi ne pouvons avancer dans l’enchevêtrement de ronces, de branches et d’orties qui avoisine ma taille…il nous faut repasser sur l’autre berge, ce qui n’est pas un problème puisque, je le rappelle, j’ai des BOTTES.

Je retrouve mes Jacinthes des bois épanouies, et je décide de leur tirer le portrait, toujours dans l’idée de mettre un peu de couleurs dans ma palette du jour. Finalement, j’opte pour un petit flou qui amène de la douceur, douceur dont j’ai bien besoin vu l’état dans lequel je me trouve.

DSC_1042P

En me redressant, je découvre une Crapule qui me regarde d’un drôle d’air, avec la moitié des feuilles mortes et des fleurs du bois dans les poils, l’autre moitié étant dans mes cheveux, sur mes bras, mon sweat-shirt… Nous sommes recouvertes d’une sorte de résine au parfum doux et au pouvoir adhésif sensiblement équivalent à celui d’un chewing-gum dans des cheveux.

Un peu plus loin se trouve la fameuse roche au bout du sentier…j’en profite pour faire une pause, la petite s’installe à l’ombre pendant que j’essaye de lui retirer son herbier portatif. Je devrais faire demi-tour, j’ai trop chaud, la migraine cogne, et c’est ainsi que je décide de contourner la roche, par la rivière, pour poursuivre la promenade. Quatrième round.

L’eau à cet endroit est plus profonde, et lorsque je pose le pied dans l’eau, ou plutôt dans le sol mou et visqueux en dessous, les 3/4 de mes bottes sont immergés…mais ça, c’est parce que je n’ai pas encore les 8,5 kilos de la Crapule dans les bras…cinquième round.

Sachez-le, une paire de bottes du 37 a une excellente contenance.

Alors que je vide mes bottes de l’autre côté et que je tente d’essorer mes pauvres chaussettes, je vois passer des Syrphes. Et je sais ce qu’ils vont rejoindre : en dehors des Ficaires, il y a de ce côté de la roche des Anémones des bois. Ils me feront le plaisir de rester tranquilles assez longtemps pour que je puisse les rentrer dans le boîtier.

À quelques mètres, la lumière est étrange, le soleil se coule avec difficulté sous les branchages, et des couleurs chaudes surgissent sur fond de verdure, en même temps que les ombres des étamines s’allongent sur les pétales…j’en profite, même si je ne vois plus grand-chose.

DSC_1102P

Gavées de lumière et de couleurs, nous prenons la route du retour, accompagnées de bruits de gargouillements improbables. C’est en marchant avec mes bottes encore imbibées d’eau à l’intérieur que je produis ces sons. Je parviens même à effrayer un chevreuil au loin, et j’ai encore un bout de chemin à faire…je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.

Finalement, au bout de cette route, je retrouve une Pisaura mirabilis, sans doute la seule bestiole de la journée qui n’aura pas été incommodée par ma production sonore.

DSC_1158P

En vidant à nouveau mes bottes devant chez moi, je m’aperçois que ma migraine s’en va tranquillement, que ma petite poilue est ravie de sa promenade et me fait les yeux doux…je lui embrasse la truffe, et me prépare une tisane.

J’aime les yeux doux de ma Crapule.
J’aime l’odeur de mes tisanes.
J’aime les Araignées dans mon parterre.
J’aime les plantes du petit bois.
J’aime me tenir tête quand je sais qu’une partie de moi en a besoin.
J’AIME.

L’absurde n’aura pas eu raison de moi aujourd’hui, c’est ma tisane qui le dit.

DSC_1173P

11 commentaires sur « De l’absurde »

  1. wahhhh que j’aime de récit et ces images qui à l’autre bout de la france me rappelle mes tribulations champenoises……..du 37 des bottes au ‘lou’, tout en toi résonne en moi…..hihihi.
    et quand migraine, oui direction les bois où je me laisse traverser par l’énergie et la connivence d’un arbre pour qu’elle s’envole avec la mésange voisine………mmmmmmmmmmm
    merciiiiiii d’être passée par chez moi afin que je puisse atterrir iciiiii 😉

    Aimé par 1 personne

      1. Bienvenue chez moi 🙂
        Quoi de plus réconfortant que la présence des arbres…la preuve 🙂

        Il faut que je retourne sur les sites orchidées de ma connaissance cette année, il y en a souvent un belle quantité par chez moi aussi…idée à suivre !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s